Sergio Perez has cleared the air with Racing Point


Former referees’ chief Keith Hackett says ‘arrogant’ Mike Dean ‘overreacted’ by sending off West Brom boss Slaven Bilic vs Everton


Manchester United result vs Crystal Palace was poor but Ole Gunnar Solskjaer criticism an ‘overreaction,’ says Steve McClaren


Football Association investigating Swansea coach Alan Tate after altercation with Birmingham star Jon Toral


RNC raises record $13.9 million in March


Trump expresses confidence on midterms


ICE Director Brags About How Much He's 'Enjoying' Tearing Immigrant Families Apart


Repudiating Trump DOJ, Court Delivers Victory to LGBTQ Advocates in Workplace Discrimination Decision


Vowing to Fight for Working Moms, Sen. Duckworth Says Even She 'Technically Can't Take Maternity Leave'


Proving Yet Again She Is 'Grossly Unqualified,' DeVos Admits She Hasn't Bothered to Visit Struggling Schools

Jean-Christophe Napoléon, fier descendant de l’empereur

  • JASASEOBLOGSPOT
  • February 14, 2020
  • News
  • No Comments

Aujourd’hui, 18 juin, c’est le bicentenaire de la bataille de Waterloo où fût battu l’empereur Napoléon Ier. Une commémoration à laquelle se rendra Jean-Christophe Napoléon son digne héritier.

Si son titre n’a aucune valeur juridique, le prince Napoléon, alias Jean-Christophe Napoléon, n’en est pas moins fier. On peut penser qu’à 28 ans, il est un peu jeune pour être chef de famille impériale, mais quand on se souvient qu’à 35 ans seulement, son aïeul, Napoléon Ier était empereur et tenait le monde entre ses mains, on relativise.

En 1997, le jeune homme a été désigné comme prétendant au trône impérial de France par le testament de son grand-père, Louis Napoléon. Celui-ci ne souffrait pas le divorce et les opinions politiques de son propre fils, et a préféré miser sur l’avenir que représentait Jean-Christophe. Une situation qui aurait pu créer des tensions entre père et fils, mais celles-ci ont été tuées dans l’oeuf, l’un comprenant que l’autre n’y était pour rien dans cette décision patriarcale.

Aujourd’hui, Jean-Christophe Napoléon, qui travaille pour un fond d’investissement international à Londres, se contente de quelques très rares apparitions officielles pour faire honneur à son titre de prince. Il est pourtant très impliqué et fasciné par ses racines légendaires dont il parle avec passion. “J’ai toujours été fier de porter ce nom.” lâche-t-il à nos confrères de Paris Match, mais pour le jeune homme cela ne justifie pas d’oublier sa propre personne. “Sans vivre dans l’illusion ni dans le passé, je veux être un homme de mon temps. Et surtout, j’ai toujours voulu me construire par moi-même, prouver mon mérite par le travail.”

Conscient de la place que tiennent ses aieux dans l’Histoire, Jean-Christophe Napoléon met un point d’honneur à se rendre à la commémoration de la bataille de Waterloo, la dernière de Napoléon Ier, qui avait opposé la France aux forces alliées formées par l’Angleterre, l’Allemagne, la Prusse et l’armée Néerlandaise. Il y sera entouré des descendants des anciens ennemis de son aïeul. “200 ans après, nous allons échanger une poignée de mains sur le lieu même de la bataille: je pense que c’est une belle image de paix,” assure le prince Napoléon en Européen convaincu qu’il se revendique.

Une reconstitution est prévue, à laquelle 150000 personnes doivent participer. Pour Jean-Christophe Napoléon, c’est une aubaine pour l’avenir. “Il faut se réjouir que tant de gens aient le désir de se remémorer leur histoire. Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient.”

Crédits photos : SIPANY/SIPA

Click Here: Rugby league Jerseys


Got Something To Say!

Your email address will not be published. Required fields are marked *

BACK TO TOP