Sergio Perez has cleared the air with Racing Point


Former referees’ chief Keith Hackett says ‘arrogant’ Mike Dean ‘overreacted’ by sending off West Brom boss Slaven Bilic vs Everton


Manchester United result vs Crystal Palace was poor but Ole Gunnar Solskjaer criticism an ‘overreaction,’ says Steve McClaren


Football Association investigating Swansea coach Alan Tate after altercation with Birmingham star Jon Toral


RNC raises record $13.9 million in March


Trump expresses confidence on midterms


ICE Director Brags About How Much He's 'Enjoying' Tearing Immigrant Families Apart


Repudiating Trump DOJ, Court Delivers Victory to LGBTQ Advocates in Workplace Discrimination Decision


Vowing to Fight for Working Moms, Sen. Duckworth Says Even She 'Technically Can't Take Maternity Leave'


Proving Yet Again She Is 'Grossly Unqualified,' DeVos Admits She Hasn't Bothered to Visit Struggling Schools

Thomas Dutronc: « J’avais envie d’aller chercher d’autres sonorités »

  • JASASEOBLOGSPOT
  • February 14, 2020
  • News
  • No Comments

Trois ans et demi après Silence on tourne, on tourne en rond, Thomas Dutronc fait son grand retour avec Éternels, jusqu’à demain. Un troisième album synonyme de changements : le guitariste s’est en effet un peu éloigné du style manouche qui a fait son succès, pour se tourner vers les plus classiques genres rock et pop.

Il n’a pas chômé pendant les trois dernières années – il a même multiplié les projets. Mais cette fois, Thomas Dutronc est de retour avec un nouvel album en solo : un troisième opus intitulé Éternels, jusqu’à demain qui tranche avec ses précédents disques.

« D’un côté, je suis confiant, confie le chanteur au journal Le Progrès. Je pense que j’ai progressé dans ma voix, mon jeu de guitare, ma maturité, ma poésie, mon émotion. On est aussi allé chercher un gros son en Angleterre avec les musiciens de Jamiroquai, Sia ou Adele, un preneur de son qui a enregistré le duo Paul McCartney–Michael Jackson. Mais une telle équipe ne fait pas forcément le succès. » Car le fils de Jacques Dutronc et Françoise Hardy a décidé, pour cet album, de prendre des risques. « J’avais la volonté de ne pas être enfermé dans un style, assure-t-il. J’ai toujours envie d’une musique un peu organique, où il y a des solos, des surprises. Je ne voulais pas formater les morceaux mais je voulais aussi un gros son anglais. L’occasion d’explorer des zones inconnues. »

Le très photogénique Thomas Dutronc a donc quelque peu délaissé le style manouche qui a fait son succès, pour se diriger vers des genres plus convenus – sans oublier toutefois d’y apporter sa touche personnelle. « J’avais envie d’aller chercher d’autres sonorités, de me renouveler, explique-t-il à L’Obs. J’avais envie d’un album plus pop, plus rock, même si je ne peux pas m’empêcher d’ajouter quelques guitares par moment. »

« Mon envie n’était pas d’avoir un album clé en main fait à Londres, mais de mélanger mon savoir-faire, ma musique, parfois très française, parfois très manouche, poursuit-il dans Metronews. Même si je n’aime pas les étiquettes. On me parle beaucoup du manouche mais ce qui est important, c’est que chaque chanson ait un univers fort et qu’elle raconte une histoire. On recherche l’émotion avant tout. » L’émotion, Thomas Dutronc l’a aussi trouvée au cours d’un duo avec son père. « C’était un moment émouvant pour nous de partager cela, dévoile-t-il. De chanter lui pour moi, et moi pour lui. »

Click Here: West Coast Eagles Guernsey

Crédits photos : Jean-Marc HAEDRICH / VISUAL Press Agency


Got Something To Say!

Your email address will not be published. Required fields are marked *

BACK TO TOP